16.jpg

La 2ème journée polynésienne des plaies et cicatrisations s’est tenue le 23 février 2018 au CHPF. Toujours aussi nombreux, les professionnels de santé ont assisté aux présentations à l’amphithéâtre. Nombre de sujets ont été abordés : l’infection, la nécrose, le traitement par pression négative mais aussi la télémédecine et la mise en place d’un réseau de soins. Il a également été question des plaies en cancérologie ainsi que du moignon d’amputation transtibiale.
Des stands avaient également été mis en place dans la nef. Les patients et usagers ont pu profiter des présentations et des démonstrations de produits.

 

cica1

Interrogée auprès d’un des stands, une personne intéressée par cette journée s’est confiée : « Je vais me constituer une trousse de soins pour partir en voyage. Je pars très bientôt, aux Tuamotu par exemple. Je me renseigne sur les méthodes de prise en charge d’une plaie. Si on se fait mal on pourra malgré tout, continuer le séjour et les voyages… »

 

cica2

 

Dr Stéphane ROCTON, Président de la Commission des plaies et cicatrisation et membre de la SFFPC s’est dit satisfait de cette journée. « Il s’agissait d’un moment privilégié de formation continue, d’échanges entre les différents professionnels de santé, qu’ils soient hospitaliers et surtout extra hospitaliers. Il est essentiel de travailler dans une dynamique transversale pour améliorer la prise en charge des patients. Les nouveautés ont été abordées, notamment dans le domaine de la TPN (Thérapie par pression négative) car l’hôpital s’est doté d’un nouvel outil. Des cycles de formations ont été réalisés auprès du personnel hospitalier durant le second semestre de 2017 ».

 

cica3

 

3 chirurgiens intervenants : Dr Stéphane ROCTON, Pr Franck DUTEILLE du CHU de Nantes et Dr Karim DJENADI

cica4

 

cica5

 

De la gestion complexe des plaies et cicatrisations


Le ministre des Solidarités et de la Santé, Jacques Raynal, était présent, vendredi matin, à la deuxième Journée polynésienne des plaies et cicatrisations, qui s’est déroulée au Centre hospitalier de Polynésie française.
Les professionnels de santé polynésiens sont confrontés au quotidien à la gestion, complexe, des plaies et de leur cicatrisation. Les situations rencontrées, liées en particulier aux pathologies, aux modes et conditions de vie appellent la mise en oeuvre des techniques les plus modernes afin d’améliorer le traitement des plaies et la durée de leur cicatrisation. L’enjeu est important.
Pour les patients d’abord, puisqu’il s’agit de rechercher la guérison, ou la limitation des complications, dans les meilleures conditions et les délais les plus courts. Pour les professionnels et le système de santé ensuite qui, outre le meilleur service rendu aux patients, recherchent en permanence l’optimisation de la durée des séjours hospitaliers et des prises en charge à domicile.
Partant de ce constat, depuis plusieurs années, un partenariat s’est noué entre professionnels publics et libéraux pour la formation et sa mise en oeuvre sur le terrain, dans une logique de réseau ville-hôpital.
La Deuxième journée polynésienne des plaies et cicatrisation s’inscrit dans cette démarche en leur permettant de bénéficier de l’expérience d’experts locaux, néo-calédoniens et métropolitains. Elle est co-organisée par la commission plaies et cicatrisation du CHPF et la société française et francophone des plaies et cicatrisation.
Cette année, les thématiques abordées sont la réponse aux situations d’infection et de nécrose, l’intérêt et les perspectives du traitement par pression négative, et les enjeux des réseaux de soins et de la télémédecine.


Communiqué du gouvernement